Communion “dans la main” et foi en la présence réelle (1/3)

Concernant la communion dans la bouche, la réponse n’est-elle pas légère ?  Il y a une question de fond et de foi. L’Hostie consacrée EST le Corps, le Cœur Sacré du Christ Jésus. Si l’Hostie n’est qu’un “bout de pain rond”, alors toutes les raisons que vous donnez sont valables. Et alors si les prêtres et les catholiques ne savent pas Le reconnaître et Le protéger comme le Trésor le plus Précieux et le plus Unique sur Terre…!  (1/3)

Nous avons scindé en trois la question, qui était plutôt un long commentaire de notre article « Peut-on communier ‘à la bouche’ ? » et qui partait dans plusieurs directions. Tout d’abord, et pour une juste précision, dire que « l’Hostie consacrée EST… le Cœur Sacré de Jésus » est impropre. Elle est son Corps, pas une partie de ce Corps.

Pour entrer ensuite dans le vif du sujet, l’affirmation qu’induit cette question nous semble très grave : elle suppose que toutes les personnes qui communient « dans la main » et tous les prêtres qui donnent la communion ainsi, sans parler des évêques qui l’autorisent, des rédacteurs de textes du Magistère comme Redemptionis sacramentum, ou le Pape qui l’a promulgué… Ne croient pas en la présence réelle. C’est une affirmation très grave et extrêmement blessante pour les croyants et pasteurs sincères qui vivent leur foi du mieux qu’ils peuvent.

En outre, elle ne repose sur rien et pourrait même contredire l’Ecriture. Dans les synoptiques, par exemple Mt 26, 26, Jésus dit les paroles de consécration : « « prenez et mangez ». Il s’agit donc bien de prendre le pain consacré donné par le Christ. Rien n’indique qu’il n’est pas pris à la main, c’est même la solution la plus probable. Si les Apôtres ont bien communié ainsi (et rien ne prouve le contraire), pourquoi notre foi serait altérée par leur imitation ?

Commentaires

  1. Castille

    ……Dans les synoptiques, par exemple Mt 26, 26, Jésus dit les paroles de consécration : « « prenez et mangez ». Il s’agit donc bien de prendre le pain consacré donné par le Christ. Rien n’indique qu’il n’est pas pris à la main, c’est même la solution la plus probable…..Réponses Catholiques

    Le très jeune enfant malade qui “prend ses médicaments, les reçoit de sa mère, en ouvrant la bouche. En ce qui nous concerne, ce “prenez” est lui-même a prendre dans son acception d’acceptation, de reconnaissance, de légitimation.
    Et même si les Apôtres avait pris un morceau de pain durant la Cène….Sommes-nous “apôtres” au même titre qu’eux? Parlons-nous directement au Christ autour d’une table? N’y -a-t-il pas entre eux et nous 2000 ans d’enseignement de l’Eglise avec sa Tradition? Nous ne touchons pas à un morceau de pain -Poilane ou pas- qui ne serait que symbolique. L’on ne revoie jamais la tradition qu’à la baisse. Nous voyons de nos jours des catholiques approcher de la sainte table et en revenir les mains dans les poches…..Apres avoir communié dans la main.
    Or notre attitude corporelle est absolument synchrone avec notre coeur et pour finir notre foi.

    Civilités

  2. Castille

    Celui qui met la main dans le plat avec moi, celui-la me trahira.
    C’était Judas qui a ce moment même prenait un morceau de pain. Vous avez raison, les Apôtres ont pris le Corps du Christ comme un morceau de pain qu’il était “ce jour-là”.
    Mais depuis il y a eu l’Eglise et il n’y a aucune raison d’écarter l’enseignement et les pratiques de celles-ci pour aller faire comme les Apôtres. Sauf a vouloir tomber dans le subjectivisme moderniste (et protestant).

Les commentaires sont fermés.