Comment lire l’Ecriture ?

Un certain nombre de questions qui me parviennent concernent l’interprétation de l’Écriture Sainte ; je pense en particulier à une question un peu complexe, mais fort intéressante, concernant la divinité de Jésus. Comme le correspondant le propose, je prendrai un peu de temps pour lui répondre, mais il me semble utile de commencer par aborder « l’argument scripturaire » pour lui-même. Voici quelques « fondamentaux » basiques.

Le Catéchisme (nn. 109-141) rappelle qu’il y a trois principes fondamentaux pour interpréter l’Écriture si l’on veut être catholique.

  1. L’Écriture est une et unie d’un bout à l’autre. Un seul Esprit a guidé la plume des auteurs humains. Une authentique lecture ne peut se faire que dans cet Esprit, sous sa conduite, dans une humble écoute de l’intelligence et du cœur.
  2. L’Écriture ne peut se lire et se comprendre que dans la totalité de la Tradition qui la porte, avec l’aide du Saint Esprit qui en est l’Interprète par excellence. L’Église précède l’Écriture et c’est elle qui nous la donne. Mon opinion, ou ma lecture personnelle, n’est pas méprisable, mais elle se mesure à l’aune de la foi de l’Église.
  3. Enfin, les vérités de la foi sont cohérentes entre elles (le mot technique est « analogiques ») et cohérentes avec l’ensemble de la Révélation. « Une hirondelle ne fait pas le printemps », pas plus qu’un verset isolé ne fait la foi.

Par conséquent, il n’est pas correct de se l’un ou l’autre passage de façon unilatérale. La bonne méthode ne consiste pas à « utiliser » telle ou telle phrase pour démontrer une thèse, bâtir un système, mais à creuser une question de foi, à se familiariser avec les modes de pensées et d’écriture des auteurs sacrés, à approfondir notre connaissance, en un mot, à laisser parler l’Écriture avant de la soumettre à un interrogatoire. La modestie et l’humilité, l’ascèse de l’écoute, nous ouvrent le sens des Écritures plus que les raisonnements.

Abbé Hervé Courcelle Labrousse

Comment lire l’Ecriture ?
5 (100%) 1 vote