Comment le Paradis peut recevoir des gens imparfaits? (7/8)

7ème question : Comment le Paradis peut-il devenir un lieu parfait avec des humains non parfaits à qui les fautes ont seulement été pardonnées ? Un endroit parfait ne peut être composé de gens imparfaits, non ? Qui dit que certains ne recommenceront pas à être pécheur …. ? Et puis, imaginons que j’aille au Paradis mais pas mes enfants ou certains membres de ma famille qui me sont chers, comment puis être heureux au Paradis sachant que mes enfants brulent en Enfer pour l’éternité ? (7/8)

Encore beaucoup de gens qui brulent en Enfer, dans cette question, et encore beaucoup d’impasses – en philosophie, on dit « apories » – par manque d’intégration de la foi catholique.

Nous prenons la question à rebours, en commençant par la fin. Encore une fois, on ne sait pas si les enfants en question iront en Enfer ou non et on n’y va que dans les cas très particuliers de péchés mortels non repentis, de rupture totale, définitive et volontaire avec Dieu. Le mieux à faire pour répondre à cette partie de la question, c’est d’élever ses enfants dans la foi et une éthique vraiment chrétienne, d’être présent auprès d’eux et de prier sans cesse pour eux. Comme pour Ste Monique avec St Augustin, Dieu écoute les prières et ils n’iront pas, alors en Enfer.

Evidemment, si un père ou une mère de famille passe son temps à leur dire qu’ils y iront, ce sera plus difficile pour eux d’y échapper. La responsabilité de l’auteur de la question est donc lourde quant au salut de ses enfants.

Sur le point précédent, une fois mort, on ne peut plus pécher. La position qu’on a eue dans la vie est définitivement fixée, donc le seul secours qu’on peut avoir, c’est la Miséricorde divine, éventuellement demandée par les prières de ses proches pour soi-même. D’où l’importance de prier pour les morts.

Continuons à remonter la question. Qui a dit qu’un endroit parfait ne peut être composé de gens imparfaits ? Pas le Christ, en tous cas, puisqu’Il dit au Bon Larron, qui n’était pas parfait, et qui l’admettait volontiers, sinon il aurait eu peu de chances de se retrouver sur cette croix, « Ce soir tu seras avec moi dans le Paradis » (Lc 23, 43). Le Christ ne nous demande pas d’être parfaits, Il nous dit « Ne crains pas, crois seulement » (Mc 5, 36), pour ressusciter des morts et être avec lui au Paradis.

Quant à ce que le Paradis soit composé d’humains « non parfaits à qui les fautes ont seulement été pardonnées », rappelons que le pardon du Seigneur, ce n’est pas pour rire. S’Il pardonne, Il pardonne. Il ne pardonne pas à moitié. Ajoutons que les fautes ne sont jamais insurmontables si la personne se repend et garde la foi. C’est le principe même du Purgatoire, pour atteindre la purification nécessaire pour pouvoir voir Dieu face à face dans la Béatitude qu’est le Paradis. Encore une fois, la théologie protestante, en s’amputant de la doctrine du Purgatoire, ne peut résoudre le problème qui se pose pour des personnes pécheresses, mais ayant néanmoins la foi. Les antiques Maccabées l’ont résolu en priant pour les morts dans cet état ambigu, ni tout à fait justes, ni complètement pécheurs. D’où l’importance de prier pour eux plutôt que de passer son temps à les vouer à l’Enfer.