Combat spirituel (1/2)

Qu’est ce que le combat spirituel? (1/2)

Ce sujet majeur dans la spiritualité chrétienne mérite une réponse un peu fouillée en deux volets. En effet, depuis les premiers temps de l’Eglise, des maîtres spirituels, en particulier les Pères du désert, ont médité et enseigné sur cette lutte, afin d’aider leurs disciples.

Pour commencer, examinons deux cas de combat spirituel, l’un échouant et l’autre réussissant.

1° Exemple de combat spirituel qui échoue…(Gn 3, 1-6)

« Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme : « Alors, Dieu vous a vraiment dit : “Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin” ? La femme répondit au serpent : « Nous mangeons les fruits des arbres du jardin. Mais, pour le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : “Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.” Le serpent dit à la femme : ‘’Pas du tout ! Vous ne mourrez pas ! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.’’ La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de son fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea ».

=>  L’homme et la femme succombent à la tentation et le mal les domine.

2° Exemple de combat spirituel qui aboutit (Mt 4, 1-11)

« Alors Jésus fut emmené au désert par l’Esprit, pour être tenté par le diable.
Il jeûna durant quarante jours et quarante nuits, après quoi il eut faim.
Et, s’approchant, le tentateur lui dit : “Si tu es Fils de Dieu, dis que ces pierres deviennent des pains.” Mais il répondit : “il est écrit : Ce n’est pas de pain que vivra l’homme, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.”

Alors le diable le prend avec lui dans la Ville Sainte, et il le plaça sur le pinacle du Temple et lui dit : “Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas; car il est écrit : “Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et sur leurs mains ils te porteront, de peur que tu ne heurtes du pied quelques pierres.” Jésus lui dit : “Il est encore écrit : Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu.”

De nouveau le diable le prend avec lui sur une très haute montagne,
lui montre tous les royaumes du monde avec leur gloire et lui dit : “Tout cela, je te le donnerai, si, te prosternant, tu me rends hommage.” Alors Jésus lui dit : “Retire-toi Satan ! Car il est écrit : C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, et à lui seul tu rendras un culte.”
Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et il le servaient ».

=>  Le Christ résiste aux trois tentations et le diable est chassé

Ces textes nous révèlent :

– Qu’un tentateur existe, qu’on l’appelle démon, Satan (« l’accusateur » en hébreu), diabolos (« le diviseur » en grec), le « Serpent », le « Dragon » dans l’Apocalypse.

–  La tentation est par conséquent souvent extérieure à l’être humain et n’est pas que le produit de notre inconscient ou notre psychologie, comme une explication psychanalytique pourrait le laisser croire

– Elle n’est donc pas un péché en soi, puisqu’elle ne dépend pas de nous. Ce qui dépend de nous, c’est d’y résister et de faire le maximum pour l’éviter, comme nous le verrons dans la deuxième partie

– Si elle ne s’explique pas par la psychologie et qu’elle est suscitée par une véritable intelligence du mal, les facteurs psychologiques et matériels entrent cependant en jeu. Elle s’appuie sur nos faiblesses : physiques, psychologiques, spirituelles

– Il ne s’agit cependant pas simplement de mieux se comprendre et de mieux s’accueillir, comme le recommandent des sagesses autour du développement personnel. Y résister demande donc un véritable combat, le combat spirituel, avec un « ennemi de la nature humaine », un « Adversaire », dit St Ignace de Loyola, bien identifié.

Nous avons les moyens de mener ce combat, comme le rappelle St Paul en Ep 6, 13-18 : « Pour cela, prenez l’équipement de combat donné par Dieu ; ainsi, vous pourrez résister quand viendra le jour du malheur, et tout mettre en œuvre pour tenir bon. Oui, tenez bon, ayant autour des reins le ceinturon de la vérité, portant la cuirasse de la justice, les pieds chaussés de l’ardeur à annoncer l’Évangile de la paix, et ne quittant jamais le bouclier de la foi, qui vous permettra d’éteindre toutes les flèches enflammées du Mauvais. Prenez le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu. En toute circonstance, que l’Esprit vous donne de prier et de supplier : restez éveillés, soyez assidus à la supplication pour tous les fidèles ». Nous allons voir comment.

Combat spirituel (1/2)
3.3 (66.67%) 9 votes