Christ, Eglise et pédophilie (1/2)

Les phrases comme « laissez venir à moi les petits enfants », quel sens doit-on entendre avec la découverte dans l’Eglise catholique de tous ces pédophiles que les Evêques, Archevêques voire même le Pape ont caché pendant des siècles ? L’Eglise met ca de la bouche du Christ. Il faut savoir que à cette époque très peu de personnes savaient écrire et plus particulièrement les scribes, la population comme les Apôtres et même Marie, Joseph et Jésus ne faisaient pas partie de ce monde intellectuel (1/2).

Cette question fait suite à la précédente « Remariage à l’Eglise et pédophilie » (https://www.reponses-catholiques.fr/wp-admin/post.php?post=3257&action=edit). Nous divisons notre réponse en deux billets car la question du milieu intellectuel de Jésus est très différente de celle sur la pédophilie. S’agissant de la première partie de la question, elle se subdivise aussi en deux : 1° l’attitude de la hiérarchie catholique et 2° l’interprétation de la citation de l’Evangile.

1° Dire que des évêques archevêques et des papes ont caché « tous ces pédophiles » pendant des siècles demande à être clarifié et nuancé. Les affaires de pédophilie dans l’Eglise sont concentrées depuis les années 2000, avec des faits remontant parfois aux années 50, le plus souvent après les années 60. Il y a bien du y avoir des pédophiles avant mais, dans les procès canoniques et scandales incriminant des ecclésiastiques, ce sont plutôt des relations avec des femmes qui sont pointées. Nombreux sont les analystes qui voient dans la pédophilie un symptôme de la culture post-moderne qui a pris corps avec la révolution sexuelle des années 60. C’est vrai dans la société civile en général, mais aussi dans l’Eglise qui est inscrite dans cette société et n’est pas étanche à ses évolutions.

Le Pape Benoît XVI, le premier à avoir eu une politique de tolérance zéro, l’a souligné à plusieurs reprises. De même, les campagnes de dénigrement contre des membres du clergé montées par les services secrets polonais pendant la guerre froide leur attribuaient des relations avec des femmes. Pourquoi pas avec des jeunes ? Cela aurait été le meilleur moyen de les couler définitivement. Mais il faut croire que cela aurait été moins crédible.

Que des évêques ou archevêques n’aient pas fin aux agissements de pédophiles sous leur responsabilité, c’est incontestable et certains ont été condamnés, civilement et canoniquement, pour cela. Mais il y en a peut-être moins que l’auteur de la question le prétend, comme les acquittements et classements sans suite récents spectaculaires au bénéfice d’évêques français le prouvent.

Quant à dire que le Pape a « caché des pédophiles », cela pose la question de « quel Pape ? » L’actuel ? Un prédécesseur ? Lequel ? A propos de quelle affaire ? Ainsi, on a beaucoup reproché à St Jean-Paul II d’avoir refusé de croire les accusations contre Marcial Maciel et il a fallu attendre que Benoît XVI révoque ce dernier pour mettre toute la lumière sur ses désordres. On entend souvent dire que Jean-Paul II  ne voulait pas croire, justement, ce qu’il prenait pour une campagne de calomnie dans la droite ligne des manipulations des services polonais. Ce n’est pas la même chose que de le « cacher » (cf.https://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Affaire-Maciel-aucune-implication-personnelle-de-Jean-Paul-II-affirme-le-postulateur-2014-04-22-1139617.

L’affaire Maciel a connu plusieurs rebondissements compliqués, des enquêtes canoniques ayant été lancées contre lui dès la fin des années 40. Elles n’ont le plus souvent pas abouti pour différentes raisons : refus de témoigner des victimes, prescriptions des faits etc. Cela jusqu’à celles diligentées dans les années 2000. La mettre sur le dos d’un Pape, c’est franchir un pas que rien n’étaye, du moins d’après nos connaissances. Si l’auteur de la question a en tête d’autres cas, qu’il nous précise lesquels.

2° Pour ce qui est de la citation sur les petits enfants, ce n’est pas l’Eglise qui la met dans la bouche du Christ, c’est la Bible. Et même les trois Evangiles synoptiques : Mt 19, 14 ; Mc 10, 14; Lc 18, 16. Donc, dans une lecture croyante de l’Ecriture, le Christ a vraiment dit cela. Mais dans une lecture non croyante également : selon les techniques d’exégèse, lorsqu’une citation se trouve dans les trois Evangiles synoptiques, elle est certainement authentique.

L’interpréter comme une incitation à la pédophilie, cela revient, ni plus ni moins, à accuser le Christ d’être pédophile. En cette veille de jour de la Miséricorde Divine, nous invitons donc tous nos lecteurs qui s’y sentiront appelés à prier pour l’auteur de cette question. Ainsi que pour que le Seigneur nous délivre du crime de la pédophilie. Mais aussi du blasphème et du mensonge à Son égard.

Christ, Eglise et pédophilie (1/2)
4.8 (95%) 12 votes