Vous avez dit « Immaculée conception » ?

Pour comprendre cette question – objet d’incompréhensions persistantes – il faut faire un retour en arrière. Le terme n’est pas dans la Bible. Par contre, ce qui est dans la Bible, c’est un autre terme unique, et même unique dans toute la langue grecque, « pleine de grâce » (Luc 1, 28). Dès le début de son histoire, l’Église a toujours accordé à ce mot étrange et rare (kekharitôménègratia plena), la signification suivante : la mère du Christ a joué un rôle unique dans l’histoire du salut. En d’autres termes, si cette histoire a eu de nombreux protagonistes, la Parole de Dieu la distingue et lui donne elle a joué une place à part dans l’avènement du Messie.

La liturgie d’abord, puis la réflexion des spirituels et des théologiens, a peu à peu distingué ce statut particulier. Bien entendu, la Vierge Marie partage notre sort commun. Elle a besoin du salut, mais, elle a bénéficiée de la sanctification opérée par le Christ, au moment même de sa conception. Elle a été préservée de toute atteinte de la faute originelle. Ainsi, elle n’a été que le cas le plus éminent de tout l’Ancien Testament où les grâces ont toutes été données par avance « dans les mérites du Christ ».

C’est ce que l’Église a reconnu en 1854 comme étant la foi de l’Église depuis toujours.

(Voir Catéchisme de l’Église catholique, n. 490-493)

Abbé Hervé Courcelle Labrousse

Vous avez dit « Immaculée conception » ?
5 (100%) 1 vote