Bisexualité et salut

Je suis un jeune homme de 19 ans, et qui est bisexuelle, c’est-à-dire que je peux tomber amoureux d’une femme ou d’un homme. Mais je n’arrive pas à m’assumer car j’ai la foi en Dieu, j’ai peur que si j’assume je finisse en enfer, et de l’autre côté, je ne peux rien n’y faire car Dieu ma créé comme ça. Je voulais savoir ce que je dois faire car je suis en souffrance aujourd’hui ne sachant pas quoi faire, je ne suis pas encore moi-même, et je ne veux pas trahir ma foi.

Tout d’abord, si l’auteur de la question est un jeune homme, il est éventuellement « bisexuel », pas « bisexuelle ». Ensuite, 19 ans, c’est bien jeune pour se coller des étiquettes. La personnalité et l’affectivité ne sont pas encore arrivées à maturité et on sait à quel point c’est déterminant pour la construction de sa sexualité.

Pour en revenir à la question posée, son auteur peut remercier Dieu pour deux grâces magnifiques que le Seigneur lui a accordées:

  • Il a la foi et le désir de rechercher la volonté de Dieu, afin de s’y conformer
  • Il peut tomber amoureux d’une femme.

Car, rappelons-le, Dans le premier chapitre de la Genèse, aux versets 26-28 : « Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre ». Dieu crée « l’homme » (au sens d’être humain ; Adam en hébreu) à son image, « homme et femme » (au sens de masculin et féminin, ish et isha en hébreux). C’est le couple homme/femme, et sa capacité à générer de la vie, qui est l’image de Dieu.

Générer de la vie, cela ne veut pas dire seulement avoir des enfants. C’est construire un foyer, être la cellule de base de la société, s’enrichir mutuellement par la découverte de l’altérité, de la différence, du mystère que l’autre sexe comporte, inspirer les plus hauts sentiments, des œuvres d’art, de la tendresse. S’assumer, c’est s’ouvrir à ce projet de Dieu pour soi. Pas de s’enfermer dans une relation égocentrique et stérile, avec le même que soi.

Par conséquent, puisque ce jeune homme peut tomber amoureux d’une femme, qu’il attende – encore une fois, il est bien jeune – de rencontrer celle dont il sera amoureux et avec qui il voudra s’engager pour la vie, se marier, et fonder une famille. Toute autre relation sexuelle est désordonnée.

Il convient pour cela de réordonner sa vie :

  • D’abord et avant tout, puisque l’auteur de la question a la foi, par une prière continue et fervente, qui sera exaucée d’une manière ou d’une autre
  • En abandonnant des fréquentations et des amitiés toxiques, des images, des lectures, qui n’apportent rien de bon
  • En pratiquant une vie sacramentelle régulière : messe tous les dimanches au minimum, pourquoi pas dans la semaine, confession au moins une fois par mois
  • En ayant un accompagnateur spirituel sérieux
  • Si on abandonne des fréquentations et des activités, à cet âge-là, il vaut mieux s’en trouver d’autres : avec des mouvements d’étudiants et jeunes professionnels tels que ceux que proposent l’Emmanuel, CGE, Even etc ; des activités avec de jeunes chrétiens engagés
  • Pourquoi pas avec une démarche de guérison intérieure comme le propose le Chemin Neuf, ou d’évangélisation des profondeurs
  • Enfin, sur la question spécifique de l’homosexualité, avec des sessions du type du Parcours Courage de l’Emmanuel, qui aident à cheminer en cohérence avec le projet que le Seigneur a pour chacun.

En effet, les attirances ne se commandent pas et personne n’est fautif de ses tentations. Mais elles ne sont en rien créées par Dieu et ce n’est pas sur Son dos qu’il faut les mettre. Donc chacun est responsable d’y donner prise ou non.

Bisexualité et salut
5 (100%) 14 votes