Bible et surpopulation

Merci pour les réponses que vous apportez à nos nombreux questionnements. Je m’interroge aujourd’hui au sujet de la surpopulation mondiale. Je lis souvent que les écologistes et autres adeptes qui se battent contre le réchauffement de la planète préconisent une diminution du nombre d’individus sur cette terre. Je sais que la réduction des êtres humains n’est pas une idée nouvelle et qu’il y a eu de nombreuses tentatives dans le passé et ceci dès la révolution française. J’ignore si un réel problème existe au niveau d’une surpopulation mais ma question se pose par rapport aux paroles de Notre Seigneur “Croissez et multipliez” ! Y a-t-il contradiction ? Pour un croyant la terre peut-elle accueillir la multiplication des hommes à l’infini ? Vous remerciant de m’éclairer.

La propagande et l’intox commencent par l’emploi d’expressions toutes faites. « Pour un croyant la terre peut-elle accueillir la multiplication des hommes à l’infini ? » D’abord, ce n’est pas « à l’infini », puisque, pour un croyant, l’Histoire a une fin et il existe un Dernier Jour, celui de la Résurrection. Ensuite, dans l’éternité, à la Résurrection, « on ne prend ni femme, ni mari » (Mc 12, 25), donc on ne procrée plus. L’appel à croître et se multiplier est donc garanti par les capacités que le Seigneur a mises en place dans sa Création.

La propagande d’écologistes extrémistes part du postulat, non fondé scientifiquement, que le monde est – ou va devenir – surpeuplé. Rien n’est moins sûr. Des régions, des villes, sont peut-être surpeuplées, mais ce n’est pas vrai à l’échelle globale. Plusieurs chercheurs estiment que les ressources de la planète pourraient bien nourrir au moins jusqu’à 9 milliards de personnes, toutes choses égales par ailleurs (c’est-à-dire sans progrès technique ou agricole). Nous sommes à 7,8 milliards et de nombreux démographes estiment que la population commencera à décroître après avoir culminé à 9 Md entre 2037 et 2050.

C’est l’inverse qui est vrai selon de nombreux démographes. La décroissance de la population sera un grave danger, entrainant un appauvrissement généralisé (plus de jeunes pour payer les retraites, plus de personnes dans la force de l’âge pour produire), des grandes difficultés sanitaires, culturelles et sociales (les personnes âgées n’auront pas de jeunes pour prendre soin d’elles, l’individualisme et la fragmentation sociale s’accélèreront, plus de transmission de la culture à de plus jeunes etc).

Nous ne prétendons pas être compétents pour répondre à la place de ces scientifiques. Mais, ce que la Bible suggère, c’est qu’une société qui ne transmet pas la vie meurt.

Répondre