Baptême et salut

Question: en cas de décès, qu’adviendrait-il de mes fils, qui sont loin de l’église et ne demandent pas le baptême?

 

Cette question est délicate et douloureuse. Ma correspondante me fait part de sa tristesse de ne pas avoir pu faire baptiser ses enfants, du fait de l’opposition de son mari. Je remarque, d’abord, que ce dernier a gravement manqué à l’engagement pris lors de son mariage.

Mais la question ne concerne pas le passé, mais l’avenir. Ce dernier appartient à Dieu, qui peut convertir qui Il veut et quand Il veut. Sainte Monique a prié des années pour la conversion de saint Augustin et cette conversion a été une bénédiction pour l’Eglise. Je ne peux donc que vous encourager à persévérer dans cette prière.

Du point de vue doctrinal, la foi nous apprend que le baptême est nécessaire au salut. Cependant, ce baptême peut être reçu sous trois formes. La forme ordinaire est la forme sacramentelle du baptême d’eau. Mais le baptême peut être également un baptême de sang pour les martyrs. Enfin, il peut être un baptême de désir. Ici, c’est le secret de Dieu. Nous ne savons même pas si nous-mêmes sommes en état de grâce; a fortiori, il nous est impossible de savoir si l’un de nos proches, mort sans baptême, sera sauvé ou non. C’est pourquoi, tout ce qui peut être fait humainement pour offrir la grâce du baptême sacramentel – naturellement, sans oublier que la foi reste un don gratuit de Dieu et appelle une libre réponse: elle ne peut donc pas être contrainte – doit être fait.

Baptême et salut
5 (100%) 1 vote