auto-exorcisme?

La chute de Lucifer par Gustave Doré. Le Tentateur continue à pousser les hommes à commettre des péchés mortels pour les priver de la grâce de Dieu

Quelqu’un peut-il se délivrer soi-même d’une possession démoniaque avec des prières quotidiennes? 

La vie chrétienne est un combat spirituel et le chrétien est en butte aux attaques du démon tout au long de son existence. En la matière, la meilleure délivrance de l’empire du démon est la prévention. En effet, par notre baptême, nous avons été rachetés de notre péché et libéré du mal. L’enjeu est donc d’empêcher ou limiter son retour.

La meilleure façon de ne pas donner prise au démon est donc de mener une vie chrétienne de prière et de service de son frère, et cela quotidiennement. Cela passe par :

  • La prière quotidienne. Lorsque nous disons dans le Notre Père « Délivre nous du mal », c’est déjà une manière de lutter contre lui. Oraison, chapelet, liturgie des heures, à chacun de trouver le moyen qui lui convient le mieux, ou toutes ces prières à la fois. Les dévotions à Marie sont particulièrement puissantes, puisqu’elle est celle que le démon n’a pu éliminer.
  • La lecture de la Parole de Dieu tous les jours, par exemple avec l’Evangile du jour, qu’on peut trouver avec un calendrier liturgique (2 € !) ou une application Internet
  • La messe chaque dimanche, et pourquoi pas plus souvent. Le Kyrie nous libère de nos péchés véniels, et, encore une fois, on y prie le Notre Père
  • La confession régulière. Au minimum avant chaque grande fête et temps liturgique (début d’Avent et début de Carême), encore mieux chaque mois. Les consacrés peuvent se confesser une fois par semaine mais tout chrétien peut le faire
  • Un temps de retraite une fois par an, qui permet de remettre à plat ses difficultés et prendre les mesures pour y remédier
  • Si possible un accompagnement spirituel pour, justement, discerner ce qui vient du démon dans nos vies ou pas et s’y adapter.

A ce sujet, les grands maîtres de la vie spirituelle, St Ignace de Loyola ou Ste Thérèse d’Avila, par exemple, nous donnent des indications pour ne pas succomber au mauvais esprit : ne jamais abandonner la prière, ne jamais prendre de décision sous l’emprise de la colère ou la peur (la désolation), prier plusieurs jours avant de la prendre, en parler avec une personne de confiance, tenir bon sur une décision prise en phase de consolation malgré les obstacles etc.

Cela passe aussi par une vie chrétienne exemplaire : s’engager pour le bien commun, avoir des lectures spirituelles et des fréquentations qui nous tirent vers le haut et non vers le bas, avoir une vie sexuelle chaste et/ou fidèle. Cela passe aussi par le refus absolu de toutes pratiques pouvant nous rendre sensibles aux forces démoniaques : voyance, astrologie, spiritisme, pratiques issues de religions orientales, médecines parallèles etc. Non, le feng shui et la kinésithéraphie ne sont pas anodins. S’ils peuvent faire du bien sur le moment, ils peuvent ouvrir des portes à des forces dangereuses…

Bref, une vie chrétienne ne laisse que peu de prises aux attaques permanentes du démon. Il est douteux qu’une personne n’ayant pas pris de gros risques soit « possédée » de façon permanente. Si la prière, l’accompagnement spirituel, voire une retraite de guérison intérieure ne suffisent pas – le cas peut exister – chaque diocèse a un exorciste. Mais ces cas sont très rares : 15% des cas traités par les exorcistes du diocèse de Paris relèvent vraiment de l’exorcisme. Les 85 autres concernent plutôt l’équilibre de vie, la médecine ou la psychothérapie. Mais, dans le doute, il peut être utile d’aller parler avec une personne du service d’accueil des exorcistes.

 

 

auto-exorcisme?
4 (80%) 1 vote