Animaux purs et impurs

Mardi 19 février dernier, il y avait en première lecture : livre de la Genèse 6, 5-8 ; et 7, 1-5.10… »… De tous les animaux purs, tu prendras sept mâles et sept femelles ; des animaux qui ne sont pas purs… ». Ma question est : qu’est-ce qu’un animal pur, qu’est – ce qu’un animal qui ne l’est pas ?

Ce n’est pas à un théologien catholique qu’il faut poser cette question, mais à un rabbin. Car, ce qui caractérise le christianisme, c’est justement qu’il n’y a pas d’animaux purs ou impurs et que les règles alimentaires de la casherout n’ont pas à s’appliquer à un chrétien. C’est bien ce qu’atteste la vision de tous les animaux placés sur une nappe que St Pierre a en Actes 10, 9-16. La voix du Ciel lui ordonne de les manger tous.

S’agissant du Peuple juif, nous renvoyons au Lévitique 11, 1-47 (le texte est trop long pour être cité ici) pour avoir le détail des animaux purs et impurs. Notons cependant que les anciens Hébreux d’abord, puis les Juifs aujourd’hui, considèrent ces animaux comme purs ou impurs seulement pour eux. Ils n’ont jamais prétendu qu’ils l’étaient dans l’absolu, et par conséquent pour les non-Juifs. Quant à savoir pourquoi un chrétien, même d’origine juive, peut manger tous les animaux, outre la référence majeure qu’est Actes 10, nos articles suivants décrivent davantage le raisonnement théologique qui le soutient : https://www.reponses-catholiques.fr/un-chretien-peut-il-tout-manger/, ou encore https://www.reponses-catholiques.fr/interdits-alimentaires-du-judaisme/.

Animaux purs et impurs
5 (100%) 3 votes