Aller au Ciel peut-il être garanti?

Ma question concerne la remise des péchés du fait de la confession ou de l’obtention d’une indulgence plénière notamment : en prenant l’hypothèse d’une personne qui s’est pleinement et sincèrement confessée à l’approche de sa mort ses péchés lui sont remis est elle assurée d’aller au ciel ? Car malgré sa confession ses travers ses défauts ne sont pas corrigés pour autant… qu’en est il ? Il y t’il une réponse ?

Même au stade de la septième Demeure, celle de l’union mystique permanente avec son Créateur et de l’inhabitation de la Trinité dans son âme, Ste Thérèse d’Avila, première femme Docteur de l’Eglise et une de ses plus grandes saintes, nous écrit qu’elle n’a pas la garantie de son salut. Personne n’est assuré d’aller au Ciel. En revanche, quiconque, même pécheur, peut l’espérer.

Un chrétien menant une vie ordonnée, de prière et sacramentelle régulière, en particulier en se confessant souvent et en se préparant à sa mort, peut bien sûr d’autant plus aborder la mort dans l’espérance et la confiance, en s’en remettant à la Miséricorde de Celui qui est mort pour le sauver. C’est ce qu’exprime l’autre Thérèse, la Petite, dans ses très beaux textes, où elle affirme sa foi d’aller au Ciel. Mais foi, confiance, espérance, ce n’est pas pareil qu’  « assurance ».

Quant aux travers et défauts, de deux choses l’une : soit ils sont peccamineux, soit ils ne le sont pas. Tout défaut n’est pas peccamineux. Avoir du mal à se lever le matin, par exemple, peut-être un défaut. Tomber dans le péché de paresse, c’est aller beaucoup plus loin en nourrissant consciemment ce travers, en refusant de se lever pour accomplir son devoir d’état etc.

Si le défaut entraine au péché, cela relève du repentir et, en particulier, du sacrement de Réconciliation, qui permet le pardon. Le Seigneur ne nous accueillera pas dégagés de nos imperfections, limites et pauvretés, Il nous accueillera libérés de nos péchés. Ce n’est pas la même chose.

Et si nécessaire, la phase de purification du Purgatoire est justement faite pour « purger », c’est le sens du mot, ce qui reste d’impureté en nous. C’est donc un processus dynamique qui rend compte de façon réaliste de notre cheminement.

Aller au Ciel peut-il être garanti?
2 (40%) 15 votes