Adoration eucharistique

 

 

Question: Dans une paroisse rurale , nous avons constitué un petit groupe de 7/8 personnes motivées et avons demandé à nos prêtres un temps d’adoration eucharistique mensuel.  L’un d’eux nous a répondu que ce n’était pas nécessaire, “puisque Dieu est partout”. Qu’en pensez-vous?

Ce prêtre a parfaitement raison de vous dire que Dieu est partout et qu’on peut L’adorer partout. Notre-Seigneur répondait, de même, à la Samaritaine (Jn IV, 21)

L’heure vient où ce n’est ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père.

Au demeurant, l’attitude d’adoration, la reconnaissance de l’infinie grandeur de Dieu, n’est pas spécifique du christianisme. Dès l’instant que l’on croit à un Dieu créateur, on reconnaît qu’on a le devoir de L’adorer – et, pour les non chrétiens, cela se fait naturellement en dehors de l’adoration eucharistique.

Cependant, précisément, nous ne croyons pas, si je puis dire, à n’importe quel Dieu: nous croyons au Dieu trinitaire et au Dieu incarné. Jésus nous a montré un visage de Dieu que nous n’aurions pas pu connaître sans la Révélation et notre Dieu n’est plus seulement pour nous le Dieu créateur, mais aussi, et surtout, le Dieu Rédempteur (je dis: “surtout”, car le mystère de notre Rédemption est, comme le dit l’offertoire dans le rite romain traditionnel, encore plus merveilleux que le mystère de notre Création). C’est pour cela que nous aimons adorer Dieu, non pas seulement partout et à toute heure, mais aussi devant le Saint-Sacrement exposé. Il ne faut pas seulement contempler l’infinie grandeur de Dieu, mais aussi son infinie miséricorde, dont le Saint-Sacrement est le signe le plus tangible sur cette terre.

 

 

 

 

 

Adoration eucharistique
4 (80%) 1 vote