Lectrices du Jeudi Saint

Des narratrices peuvent-elles participer à la lecture de l’Evangile de la Passion et peut-on choisir des femmes pour le lavement des pieds ?

L’Evangile ne peut normalement être lu que par un ministre ordonné, prêtre ou diacre. Mais l’usage de lire l’Evangile de la Passion à plusieurs voix implique de faire appel à des personnes non ordonnées pour lire les parties de certains personnages ou de la narration, sachant que le célébrant lit toujours les passages du Christ. S’il y a plusieurs prêtres et diacres, ils peuvent se répartir les rôles. Mais des laïcs peuvent aussi être sollicités, tant qu’ils ne font pas la voix du Christ. Et, à partir de là, il n’y a aucune raison que des lectrices ne puissent pas intervenir. La question, c’est la répartition entre ministres ordonnés et laïcs, pas entre hommes et femmes !

Pour ce qui est du lavement des pieds, ce geste rappelle que le Christ s’est fait le serviteur de ses disciples et qu’Il a appelé les chrétiens à faire de même. La pointe du symbole est donc de laver les pieds de ses frères, dans une attitude de service et d’humilité. Cela n’est pas compatible avec l’exclusion d’une personne en raison de son sexe et on ne voit pas pourquoi ce geste exclurait les femmes. Ce serait nier ce que le Christ veut faire comprendre (Jn 13, 12).

Le célébrant ne fait pas forcément le lavement des pieds seul. Il peut y associer ses paroissiens, puisque c’est le sens de cet acte qui s’adresse à tout chrétien : le service et l’humilité ne sont pas réservés aux prêtres et aux évêques ! Tout chrétien doit les pratiquer. A partir de là, on peut estimer qu’il convient que les femmes aient les pieds lavés par une femme.

Lectrices du Jeudi Saint
5 (100%) 1 vote