Eglise et glossolalie

La statue de saint Paul place Saint-Pierre

L’église catholique ne parle jamais en langues pourquoi ?

Quiconque a participé à une assemblée de louange du Renouveau charismatique sait bien que des fidèles y parlent en langue, pour peu que l’Esprit Saint le leur inspire. Donc dire que « l’Eglise catholique ne parle jamais en langue » est parfaitement inexact.

Une fois ceci rappelé, il convient aussi de préciser qu’une assemblée ecclésiale catholique, quelle qu’elle soit, n’est pas un lieu où le désordre règne et où chacun parle à tort et à travers. Comme St Paul le rappelle dans la Première Epître aux Corinthiens, le parler en langue ou glossolalie doit être parfaitement régulé et se manifester uniquement pour renforcer la foi des participants. « Que tout se passe de manière à édifier », écrit-il en 1 Co 14, 26. Il conclut au v. 40 : « que tout se passe dignement et dans l’ordre ». Il précise aussi les modalités : « Et si on parle en langues, qu’il y en ait deux à le faire, trois tout au plus, chacun à son tour, et qu’il y ait quelqu’un pour interpréter. Mais s’il n’y a pas d’interprète, qu’on se taise dans l’assemblée, qu’on parle pour soi-même et pour Dieu » (1 Co 14, 27-28).

St Paul précise aussi que la glossolalie présente de graves inconvénient si elle n’est pas exercée avec discernement, parce qu’elle est incompréhensible et rebute certains : « mais, quand l’Église est rassemblée, je préfère dire cinq paroles avec mon intelligence de manière à instruire les autres, plutôt que d’en dire dix mille en langues (…) Quand donc l’Église tout entière est rassemblée, si tous parlent en langues, et qu’il arrive des gens qui ne sont pas initiés ou ne sont pas croyants, ne vont-ils pas dire que vous délirez ? » ( 1 Co 14, 19 ; 23).

Il y a donc des moments pour parler en langue et des façons de le faire… Et des moments pour ne pas le faire. Par exemple pendant la messe, qui a un contenu structuré et une part de dialogue entre le célébrant et l’assemblée, ou pendant la liturgie des Heures, ou une cérémonie de funérailles. La plus élémentaire prudence indique que ce qui est possible dans une assemblée charismatique ne l’est pas dans d’autres circonstances.

Eglise et glossolalie
4.5 (90%) 2 votes