Continence sexuelle des prêtres… Et des autres (1/3)

Je vis en République démocratique du Congo et je suis Catholique. Mais je suis triste de voir nos prêtres avoir des relations amoureuses et j’ai aussi appris que certains ont des foyers. Loin de vouloir leur condamner, je me pose la question de savoir si avoir des relations sexuelles dans la vie sacerdotale n’a rien de néfaste sur le plan divin, autant que moi aussi, en tant que laïc, je peux avoir des relations sexuelles avec plusieurs femmes. (1/3)

Tout comme l’auteur de cette question, nous ne sommes pas là pour juger autrui. Mais, tout comme lui, nous pensons « néfaste au plan divin », le fait que des prêtres ne respectent pas leur engagement dans le célibat. Cela pour trois raisons :

1)     la première, la plus facile à comprendre, est que le prêtre ne respecte pas son engagement et que cela scandalise le plus souvent les fidèles, prête le flanc à la critique et décrédibilise l’Eglise. Comment donner des conseils, et même des commandements éthiques, si l’on est soi-même mensonger ? Les anticléricaux ont alors beau jeu de traiter les chrétiens d’hypocrites et, comme dit le dicton, « le poisson pourrit d’abord par la tête ». Le prêtre lui-même dans une situation irrégulière ne peut vivre ainsi sans être affecté, fut-ce inconsciemment, sur le plan spirituel et pastoral. Un prêtre qui ne respecte pas son célibat est un prêtre qui va mal. Toute la Tradition spirituelle l’affirme

2)     la seconde est théologique. Le prêtre n’est pas un fonctionnaire de l’Eglise faisant le job de l’évangélisation et de l’administration des sacrements. Il est un alter Christus, un autre Christ. Or, Jésus-Christ est célibataire et chaste. Il précise qu’« il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère; il y en a qui le sont devenus par les hommes; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne ». Il appelle donc ses proches disciples au célibat consacré, comme lui. L’Eglise catholique appelle ses prêtres et évêques à suivre ce conseil évangélique, par imitation du Christ : l’alter Christus doit conformer le plus possible sa vie à celle de Jésus et la vie affective est un aspect capital. Rester chaste, c’est se donner corps et âme à l’Eglise et au service de ses frères, sans partage.

3)     la troisième est spirituelle. Selon le P. Delatour, jésuite, « le célibataire est un poteau indicateur vers le ciel ». Bien sûr, les personnes mariées peuvent avoir une vie spirituelle très profonde, c’est le cas de plusieurs très grands saints. Mais le célibat consacré est là pour montrer que le Royaume des cieux est déjà là, en devenir. Les célibataires consacrés témoignent avec leur corps de ce que nous vivrons dans la vie éternelle. Très peu sont appelés à le faire par rapport à l’écrasante majorité de ceux qui composent le Peuple de Dieu. Mais, ceux-là, il faut que leur témoignage soit visible et crédible.

Une fois tout ceci dit, nous en profitons pour rappeler que les laïcs doivent aussi être chastes, c’est-à-dire n’avoir des relations sexuelles qu’avec leur époux/épouse légitime, ou vivre la continence sexuelle s’ils ne sont pas mariés. Donc personne ne peut avoir « des relations sexuelles avec plusieurs femmes » ! C’est tout aussi « néfaste au plan divin » que le prêtre qui ne respecte pas son célibat. St Paul, au chapitre 6 de la Première lettre aux Corinthiens, n’a pas de mots assez durs contre ce qu’il faut bien appeler la fornication (porneia, en grec, mot qui a donné « pornographie ») : « le corps n’est pas fait pour la fornication » (1 Co 6, 13) ; « Fuyez la fornication ! (…) Celui qui fornique pêche contre son propre corps. » (1 Co, 6, 18).

Continence sexuelle des prêtres… Et des autres (1/3)
5 (100%) 2 votes