Apprécier le Pape?

Quand on n’apprécie pas le pape est ce péché ?

Ce serait peut-être un peu audacieux de répondre « des goûts et des couleurs » pour ce qui est d’apprécier ou non le Pape mais l’appréciation prise au sens du sentiment est une passion humaine. Apprécier ou non le Pape n’a donc rien à voir avec la foi et, par conséquent, le péché. On peut beaucoup aimer tel Pape, moins un autre, trouver celui-là ennuyeux, cet autre incompréhensible ou encore un autre génial. Peu importe.

Ce qui relève tout de même de la foi catholique est d’abord le respect qu’on lui doit. L’attaquer, cela oui, c’est un péché. L’attaquer physiquement est même un péché très grave qui ne peut être pardonné que par une confession par un prêtre spécialement mandaté par la Curie, à Rome.

En outre, la foi catholique implique d’adhérer au Magistère de l’Eglise. Il y a des degrés d’importance dans les types de documents Magistère mais les enseignements du Pape en font partie. La tiédeur dans l’adhésion à ses commentaires footballistiques lors d’une interview ne sera peut-être pas prise au sérieux comme péché dans un confessionnal. Le rejet d’une exhortation apostolique ou d’une encyclique, cela est autrement plus grave.

Dans l’encyclique Veritatis splendor, Saint Jean-Paul II rappelle l’Enseignement constant de l’Eglise : chaque catholique agît, en dernière instance, selon sa conscience. Encore faut-il que cette conscience soit formée, le terme employé est même « conformée », à l’Enseignement de l’Eglise. Concrètement, avant d’être en désaccord avec le Magistère, le fidèle doit :

– Se former, lire les textes en question, le Catéchisme, les Ecritures etc

– S’informer, discuter avec des personnes compétentes telles qu’un prêtre, des théologiens, un accompagnateur spirituel

– Se conformer, prendre en compte ce que dit l’Eglise, et, si son opinion ne peut s’accorder avec le Magistère, voir ce qui contribue à scandaliser ses frères ou au contraire les édifier. Par exemple, exprimer son désaccord avec le Pape dans une lettre ouverte dans des media peu respectueux des chrétiens ou une pétition sur Twitter contre le Pape, ce n’est pas la même chose qu’un commentaire argumenté et appuyé sur des théologiens et des textes bibliques dans une séance de disputatio d’une faculté de théologie

Donc la question n’est pas d’apprécier ou non le Pape. Elle est de l’écouter.

Apprécier le Pape?
2.14 (42.86%) 7 votes